La dernière étape du voyage de Camille la biche-devenue-tortue était arrivée.

Elle avait bien l’intention de voyager seule. Mais avant de le quitter, elle avait encore une question pour Vassili le hérisson.

« Ta soeur Lenny m’a dit que dans ta famille on savait beaucoup de choses sur les disparitions dans la forêt magique. Je me suis posée la question sur ce que tu savais de mes parents… si toutefois… tu savais ce qu’ils étaient devenus ? »

Gênée, elle baissa les yeux. Elle avait l’impression de mendier des informations. Elle avait l’impression d’être indiscrète, pourtant il s’agissait bien là de ses propres parents.

Vassili inspira, comme pour parler. Puis se ravisa. Il inspira à nouveau. Ses épaules baissèrent légèrement, puis il finit par marmonner « La vérité est que j’en sais peu de choses. A vrai dire, personne n’en sait trop rien. Chacun y va de sa propre théorie.

Voici ce que j’en pense :

Votre forêt était un bel endroit, réputé pour sa magie. Une magie que personne ne pouvait expliquer. Rien d’abracadabrant, non. Juste ce bonheur ambiant qui dessinait un sourire et une chanson heureuse sur les lèvres de toute créature y séjournant. Même les voyageurs le ressentaient et ramenaient un peu de cette magie en repartant.

Ceci a évidemment attisé les jalousies. Des créatures moins nobles ne trouvaient pas normal que vous viviez aussi heureux. De surcroît, sans aucune raison apparente. Le secret semblait tellement bien gardé qu’une conspiration s’est organisée avec pour but d’enlever des créatures du conseil des sages afin de les faire parler et de leur voler leur secret. »

Vassili soupira. « C’est là que les commérages vont bon train. Une seule chose semble certaine. Aucune des créatures disparues n’a jamais été revue. Elles ont rejoint leur hiver et sont en train de devenir une formidable terre-mère pour d’autres créatures. C’est d’ailleurs ce qui se dit chez vous au niveau du conseil restant. Tes parents et tous les autres sont en train de nourrir tant de printemps que la magie ne s’arrêtera jamais ! »

Camille le regarda interloquée, sous le charme de ce récit.

Dès qu’on lui parlait de l’hiver et de la terre-mère, elle n’était plus triste pour la perte mais enchantée pour ce qui allait venir.

Et si le secret de la magie était là ?

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.