« Tu sais ce qu’on raconte chez nous de votre forêt ? » demanda timidement Lenny à Camille.

Cette dernière tourna la tête pour voir dans le coin de l’œil l’hérisson qui la suivait de très près et qui avait levé la tête pour que Camille puisse l’entendre.

« On dit que votre forêt est enchantée et qu’il y a quelques printemps une malédiction lui a été jetée. Il paraît que personne ne sait vraiment ce qui s’est passé ! »

Lenny fit une pause histoire d’entretenir un certain suspense et continua en baissant la voix d’un air important : «  il y aurait eu des disparitions !!!! »

Camille cessa de tourner la tête, en partie parce qu’elle craignait de provoquer un carambolage dans le tunnel serré et parce qu’il fallait bien avouer qu’elle était surprise de ce que Lenny

venait de lui révéler.

Camille avança un long moment en silence. Lenny quand à elle ne pipa mot, craignant d’avoir eu encore la langue bien pendue.

La cacophonie des animaux réunis en convoi de fortune dans un espace si confiné occupa l’air.

Camille recollait les morceaux de ce dont elle se souvenait, c’est-à-dire les ragots des sous-bois et ce que Lenny venait de partager avec elle en toute innocence.

Et si elle l’avait su tout au long de sa jeune vie ? Et si ce secret n’en était pas un ? Et s’il avait juste fallu demander pour avoir la réponse ? Pourquoi n’avait-elle pas insisté ? Camper sur son

droit de savoir au lieu de faire comme si tout allait bien ?

Camille avait encore plus de questions que la petite Lenny qui, il y a quelques instants, n’avait pas cessé de l’interrompre.

Sentant l’inquiétude du jeune hérisson derrière elle, elle se retourna et lui confia : « j’ai besoin encore de quelques moments pour assembler un certain nombre de morceaux dans ma tête,

mais je te promets que je te raconterai tout ce que je sais avant de sortir de ce tunnel. »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.