Ils arrivèrent dans un endroit plus grand. Un genre de salon pour taupes où plusieurs animaux plus ou moins apeurés étaient déjà réunis. Un hérisson ne cessait de s’excuser, confus dès qu’ il piquait quelqu’un en reculant pour faire de la place aux nouveaux arrivants.

« Écoutez tous » lança une voix tonitruante quelque part dans le noir. « Je m’appelle Raoul, chef de clan dans ce secteur de la forêt. Si les informations qui nous sont parvenues d’autres clans  sont exactes, nous pouvons vous faire sortir au-delà du feu à un jour de marche d’ici environ. »

Un mélange d’in- et expirations était audible. L’expiration du rassuré car il y avait une issue.  L’inspiration sifflé du paniqué à l’idée de devoir rester sous terre pendant encore une journée. Et le soupir du soulagé d’être simplement encore en vie.

« Donc, je répète, tant que tout le monde se respecte et que personne n’a l’idée saugrenue d’introduire un rapace dans nos tunnels, alors tout le monde sera à nouveau sous le soleil à la même heure demain ! »

Tout le monde se tourna vers Camille qui avait gémit un « oh, mon dieu !!! »

Raoul la rassura en disant jovial : « tu verras, on s’habitue très vite au noir ambiant et surtout … » il n’eut pas le temps de finir sa phrase car toute la pièce s’était mise à trembler.

De la terre tombait en grosses mottes sur les convives et tout le monde se sentait poussé vers les murs par une masse grandissante.

« Pop » s’écria Camille. Il y avait des plumes partout et Pop risquait d’étouffer tout le monde avec son corps qui n’arrêtait pas de grandir.

« Un rapace »  se dit Camille.

Pourquoi Raoul avait-il prononcé ce mot ?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.