Camille la biche devenue tortue et Sébastien le cocker regardèrent Lenny le hérisson, étendu, immobile.

Son petit corps était brisé et elle ne respirait plus.

Sous le choc, les deux animaux intensifièrent leur regard sur leur amie, comme si par la simple force de leur volonté ils pouvaient la réanimer.

Un très long moment passa.

Tous les bruits aux alentours semblaient être mis en sourdine. Rien n’arrivait tout à fait aux tympans des deux amis, complètement sonnés.

L’horreur de ce qu’ils voyaient ne les avait pas encore tout à fait pénétrés.

Marcel l’élan qui les avait rejoint, brisa finalement le silence en récitant de sa voix sonore :

L’hiver

La vie s’endort,
On dirait la mort
La fin ? –
le dessein ?

L’essence de la connaissance :
La vie devient terre
Pour que la terre puisse devenir mère
Et se préparer à la renaissance.

L’élan se tut. Camille n’avait pas vraiment envie de réfléchir à ce qu’elle venait d’entendre. Sébastien ne disait rien non plus.

Camille semblait penser en demi-phrases comme une radio mal réglée dans laquelle on pouvait entendre des bribes d’information de plusieurs conversations en même temps, sans jamais tout savoir sur chacune.

Comment était-ce possible ? Que lui était-il passé par la tête à ce faucon ? Pourquoi avait-elle amené Lenny jusqu’ici ?

C’est ma faute. J’aurais pu éviter tout cela. Pourquoi Sébastien n’avait-il pas retenu le rapace plus vite ? Le poème de l’Elan était-il celui dont il leur avait parlé ? Quelle renaissance ? Et maintenant ? Que faire du corps ? Vassili ? Faut-il prévenir quelqu’un ? Et si je ne l’avais pas rencontré ? – C’est ma faute.

Inexorablement, toutes les question revenaient à cette seule question qui la hantait. Était-elle responsable de la mort du hérisson ? A chaque répétition, la réponse était un peu plus « OUI » dans sa tête.

« Non » disait l’Elan. Marcel, posté debout derrière la tortue répétait « NON » encore une fois, un peu plus fermement. « Lenny est venue avec toi parce qu’elle le voulait. Elle avait son libre arbitre. Elle aurait pu rester avec sa famille, résister à son frère Vassili, rester chez les taupes, te quitter en sortant des tunnels. Mais elle avait décidé de rester avec toi.

Le faucon, lui, a vécu sa vie. Il a ramassé une proie. C’est le cercle de la vie. Lenny va devenir terre et cette terre va devenir mère pour la prochaine chose qui va embellir ce monde. C’est une perpétuelle renaissance. Tu pourras l’honorer en appréciant toutes les plantes et tous les êtres que tu rencontreras dans le futur. »

Justement, en parlant de rencontrer…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.