Sous le charme du secret de la forêt qu’elle venait de comprendre, Camille la biche-devenue-tortue prit congé de Vassili le hérisson pour aller bon train en direction de la fin de la terre.

Elle pressa le pas et atteint des pointes de vitesse impressionnantes – qui auraient fait rire son corps de biche, évidemment. Elle vit défiler du paysage, des plantes, humant les odeurs et s’enchantant des jeux de lumière.

Elle ne savait pas depuis combien de temps elle avait cheminé et depuis combien de temps un doute s’était immiscé dans son entrain. Avait-elle vraiment envie d’arriver ? Et si elle se faisait dévorer avant son arrivée par un animal qui ne fasse qu’une bouchée de sa forteresse temporaire ? Et si son corps de biche faisait partie du passé ? N’était-elle pas finalement mieux en tortue ?

Au lieu d’une contemplation paisible, la tempête faisait rage dans la tête de Camille. Sa décision de continuer seule lui semblait d’un coup beaucoup moins judicieuse et adulte qu’au moment de l’avoir prise. Qu’avait-elle bien pu avoir dans la tête ?

Tant qu’elle était avec d’autres elle pouvait partager la responsabilité des décisions, écouter des opinions, partager les tâches, les rires et les tristesses. Seule, tout semblait plus lourd, très grand, voire trop imposant.

Pourtant, il lui avait semblé parfaitement raisonnable de vouloir cheminer toute seule. N’était-elle toujours pas assez adulte ? N’était-elle pas encore arrivée à l’été de sa vie ? Elle aurait voulu un signe de quelque part. Un murmure ou bien une résonance d’un arbre, tel que Marcel l’élan l’avait si joliment expliqué. Ou bien une chanson avec une mélodie qui l’aide à terminer cette étape. Mais rien. Le vide.

C’était tellement le vide, qu’elle avait envie de pleurer. Alors, elle se souvint d’une autre leçon de ses parents : « Il faut avoir touché le fond, avant de sortir de l’impasse ».

Il lui semblait avoir touché le fond. Aucune aide de l’extérieur.

Mais alors, que lui venait-il de l’intérieur ?

Quel était ce qu’on appelle dans la forêt magique son « feu sacré » ?

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.