Camille la biche-devenue-tortue venait de demander à Roman le singe de la véhiculer en la faisant « jongler » le restant de l’après-midi en direction de la fin de la terre. Les derniers jours du chemin, elle allait les faire par ses propres moyens.

Pour toute réponse, Roman agrippa la tortue, l’envoya avec un formidable élan dans les airs, décolla lui-même vers la première branche et la rattrapa en plein vol. Cette fois-ci, Camille était préparée aux jongleries et faisait confiance à la dextérité du singe. Elle garda alors le nez au vent et profita de la vue… généreusement accompagnée par des haut-le-cœur. Une tortue n’était vraiment pas faite pour voler, ce qui lui valut un nombre incalculable de vrilles vu sa prise au vent.

Elle réfléchissait à toutes ces belles créatures qu’elle avait eue la chance de rencontrer durant ce voyage. Pop le morphe, Lenny & Vassili les hérissons, Raoul la taupe, Sébastien le cocker, la famille d’oies ou encore Roman le singe. Elle aurait eu envie de tous les retrouver à la fin de la terre pour échanger avec eux et les inclure dans sa vie. A part Pop et Lenny évidemment, qu’elle avait perdus pour toujours.

Cette idée l’enchanta. Était-ce sensé de garder le contact, de faire un autre voyage, de cheminer encore une fois avec ces mêmes créatures ? Si elle était parfaitement honnête avec elle même : non. Elles l’avaient accompagnée lors d’un moment précis et leur présence à chacune avait été bénéfique. Pas toujours agréable, mais pleine d’apprentissages.

Sentimentalement, elle avait envie de les revoir. Raisonnablement, leurs rencontres avaient sonné juste aux moments précis. Interpellée, elle se demanda si elle devenait raisonnable ?

Elle inspira et hurla dans la direction où elle soupçonnait la présence du singe «  Roman ? » Sa tête s’approcha de la direction opposée qu’elle attendait et la regarda. *

« Tu connais le poème des saisons ? » Lui demanda-t-elle. Le singe soupira et ajouta un « évidemment » pour faire bonne mesure. « Pourquoi, tu t’es rendu compte que t’es arrivée dans ton été ? »

Non seulement singe sage, mais il pouvait lire dans les pensées ! Il ajouta  « C’est comme écrit pour toi ! Écoute :

L’été qui précède l’automne

Les fleurs s’épanouissent
Les herbes jaunissent
La connaissance est acquise

Chacun se spécialise
Et se perfectionne. »

Camille resta pensive, même un peu enchantée…

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.