« Bonjour Camille » dit le mage de la forêt avec cet oiseau splendide perché sur son bras.

Camille la-biche-devenue-tortue était dubitative. C’était comme ça qu’allait se terminer son voyage ?

Elle n’avait pas besoin d’être félicitée, elle n’en avait pas envie. Elle avait juste suivi les instructions, mis un pas avant l’autre et parcouru la distance demandée dans la bonne direction.

Désemparée, à court de mots, elle regarda l’oiseau splendide de plus près. En croisant son regard, ce dernier lui fit un clin d’œil.

Un clin d’œil ? Effectivement, l’oiseau ne lui en avait pas fait un mais plusieurs avec une espièglerie qui ne lui était pas inconnue.

« Pop ? » s’écria t-elle incrédule. Pour toute réponse, l’oiseau et le mage sourirent.

« Oui, Camille ! – voici Pop sous une forme que tu ne lui connaissais pas encore : le Phénix » expliqua le mage. « Il renaît de ses cendres grâce au sacrifice qu’il a fait dans les tunnels de Raoul la taupe. Pour vous sauver tous, il a préféré quitter le tunnel et braver les flammes.

C’était son ultime épreuve avant d’intégrer le conseil des sages. »

Camille ne savait pas s’il fallait rire ou pleurer de joie, mais pleurer était décidément à l’ordre du jour.

Trop d’émotions débordaient de ses yeux. Tous deux se souriaient à travers leurs larmes et aucune parole n’était nécessaire pour exprimer ce qu’ils ressentaient.

Le phénix se posa à côté de Camille, l’enveloppa de ses ailes, la baignant de ses larmes et lui dit finalement. « Demain »

Elle entendit la voix du sage étouffée par le plumage du phénix qui ajouta de sa voix envoûtante :

« Demain au réveil, tu auras retrouvé un corps de biche et tu décideras de ce que tu voudras en faire.

La forêt magique et le conseil des sages t’attendent.

Mais à toi de décider où tes prochains pas te conduiront… »

Camille entendait très clairement l’appel de la forêt, l’appel de la magie.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.