« Boomerang, kangourou, crocodile dundee, rugby, Ayers Rock… » Camille faisait mentalement la liste de ce que lui ‘évoquait l’Australie. Elle devait bien avouer que la récolte était maigre et qu’elle séchait complètement sur la vanne australienne qui devait faire morpher Pop. A propos de sécher, Camille avait toujours soif.

Elle trottinait vers une surface brillante qu’elle devinait être une flaque d’eau pour épancher sa soif. Elle baissa la tête pour boire à grandes goulées quand la masse de ce corps avec forteresse intégrée bascula vers l’avant et la fit tomber tête première dans la mare aux nénuphars !

Elle réalisa immédiatement que l’eau était certes rafraîchissante, mais qu’une tortue terrestre n’était absolument pas équipée pour nager et donc tout à fait dépourvue de toute chance de survie dans ce milieu aquatique.

Elle coula comme une pierre.

Sa carapace se remplit d’eau, ainsi que chacun de ses orifices. « C’est la fin » se dit-elle avec une pensée pour Pop qui ne l’avait même pas vu tomber. Elle toucha le fond. Immobile, elle subissait la pression de l’eau sur son corps et une vive douleur dans ses voies respiratoires.

Tout devenait noir, très noir autour d’elle. Elle arrêta de lutter. C’est à ce moment précis que la main du mage de la forêt apparut pour la ramasser. Il la ramena à la surface, la secoua sans ménagement pour dégager l’eau de tous les tuyaux et recoins et la tint devant lui au soleil pour la faire sécher.

« Broduffi notaro nani lepose » dit le mage. Camille, sous le choc, était incapable d’évaluer si elle avait laissé ses neurones dans l’eau ou si elle avait encore de l’eau dans les oreilles ou bien si le mage avait abusé d’une substance illicite.

« Laqore peluti menola » insista le mage, en fixant la tortue d’un regard pénétrant. Elle mit la tête de côté et essaya de comprendre…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.